Poèmes et fables

LA GENISSE, LA CHEVRE, ET LA BREBIS EN SOCIETE AVEC LE LION

La Génisse, la Chèvre et leur soeur la Brébis,

Avec un fier Lion, Seigneur du voisinage,

Firent société, dit-on, au temps jadis,

Et mirent en commun le gain et le dommage.

Dans les lacs de la Chèvre une cerf se trouva pris.

Vers ses associés aussitôt elle envoie.

Eux venus, Le Lion par ses ongles compta,

Et dit: Nous sommes quatre à partager la proie;

Puis en autant de parts le cerf il dépéça;

Prit pour lui la première en quelité de Sire:

Elle doit être à moi, dit-il, et la raison,

       C'est que je m'appelle Lion:

       A cela l'on n'a rien à dire.

La seconde, par droit, me doit échoir encore:

Ce droit, vous le savez, c'est le droit du plus fort.

Comme le plus vaillant je prétends la troisième.

Si quelqu'un de vous touche à la quatrième,

        Je t'étranglerai tout d'abord.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Selon les termes de SACHAT GUITRY:"SI LA FEMME ETAIT BONNE DIEU EN AURAIT UNE" Mais pour moi,dans le mariage c'est l'homme qui bénéficie. Autant apporter à la femme la valeur qui lui est propre.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×